La baguette et sa culture inscrites au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco : un engagement et une mobilisation récompensée

La baguette et sa culture inscrites au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco : un engagement et une mobilisation récompensée

Dossiers
Publié le 21 décembre 2022

Comme nous l’avons déjà écrit, cette reconnaissance est le fruit d’un travail collectif et d’une mobilisation que l’on pourrait qualifier de générale. En effet, nombreuses ont été les forces vives à se joindre à cette croisade des artisans boulangers-pâtissiers et à permettre l’enrichissement de cette candidature pluridisciplinaire.

C’est d’abord le travail de toute la filière blé-farine-pain (meuniers, céréaliers, producteurs de levure, équipementiers, salariés de la boulangerie artisanale, apprentis boulangers, enseignants, formateurs…) réunie au sein d’un comité de pilotage.

Ce dernier était épaulé par un comité scientifique présidé par Bruno Laurioux, président de l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation, qui réunissait des spécialistes aux expertises complémentaires (historien, sociologue, anthropologue, spécialiste de la formation…), ainsi que des étudiants en Master de l’Université de Tours qui ont questionné et observé des artisans boulangers-pâtissiers et des amateurs de baguettes dans le cadre d’une enquête anthropologique menée en 2019-2020.

Enfin, un comité de soutien regroupait plusieurs centaines de personnes à travers le monde, dont de nombreux parlementaires français, sous l’égide de Catherine Dumas, sénatrice de Paris.

Tous ont œuvré à leur niveau pour faire de cette candidature un succès et c’est sans nul doute cette synergie et cette passion qui ont permis l’inscription des « savoir-faire artisanaux et la culture de la baguette de pain » à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Qu’ils en soient ici remerciés.

Réactions

Une inscription plébiscitée

Véronique Roger-Lacan, Ambassadrice, déléguée permanente de la France auprès de l’Unesco

« Par les savoir-faire traditionnels qui la caractérisent, la baguette de pain est un symbole de l’universalisme fondateur de l’Unesco : droit à l’alimentation, à une formation et à un métier ainsi qu’à sa culture. La baguette et les boulangers sont donc des Ambassadeurs de l’universalisme ONUsien et de l’excellence française à l’étranger. Grâce à cette inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, les savoir-faire des boulangers, souvent ancestraux, seront mieux préservés et davantage reconnus dans le monde entier. »

Catherine Dumas, Sénatrice de Paris, Conseillère de Paris, Présidente du Comité de soutien à la candidature Unesco

« Ce classement Unesco témoigne d’une pratique sociale quotidienne rythmant la vie des Français qui transcende les catégories sociales, les classes d’âges et les limites géographiques. Il valorise la boulangerie artisanale et, au-delà, l’ensemble de la filière (agriculteurs, meuniers, producteurs de levure et de sel). Il protège, enfin, notre baguette de pain, un marqueur national de l’identité française, bien ancré dans nos territoires. Bravo aux 33 000 boulangers de France ! »

Christiane Lambert, Président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles

« Cette haute distinction accordée aux « savoir-faire artisanaux et de la culture de la baguette de pain » – un symbole de la France à elle seule ! – c’est la reconnaissance du savoir-faire de la culture du blé tendre en France, une première en Europe. Un hectare de blé permet de produire 25 000 baguettes de 250 g, cultivées de manière durable et responsable par des agriculteurs dont l’activité crée et maintient de l’emploi pour des territoires dynamiques. Ce sont eux qui permettent le maintien du lien social grâce à des produits de qualité, traçables et sains. Les agriculteurs sont fiers d’être le premier maillon d’une longue et belle tradition, qui participe à l’identité de la France et qui mérite d’être remarquée et protégée ! »

Claire Verriele, alors étudiante en Master de sociologie « Métiers de la recherche en sciences sociales » de l’Université de Tours

« Cette expérience m’a permis d’aller à la rencontre des Français dans les boulangeries. J’ai réalisé l’importance de ces lieux dans notre pays. On ne s’en rend pas forcément compte mais dans tous les quartiers ce commerce est présent et représente pour certaines personnes isolées, leur seul contact humain de la journée. L’acte quotidien de l’achat d’une baguette permettant une relation privilégiée avec les membres de la boulangerie ».

Jean-François Loiseau, Président de l’Association Française de la Meunerie Française et d’Intercéréales

« L’inscription des savoir-faire artisanaux et de la culture de la baguette de pain au patrimoine immatériel de l’Humanité est une véritable fierté pour les acteurs de la filière céréalière française. Symbole par excellence de l’art de vivre français, la baguette s’appuie sur le savoir-faire des agriculteurs céréaliers, des organismes de stockage et des meuniers. L’UNESCO reconnaît ainsi le talent des professionnels et la qualité des matières premières (blé tendre, farine) nécessaires à l’élaboration de notre baguette. »

 

Jean-Pierre Lafon, Ambassadeur de France et Co-président du comité de soutien de la candidature

« En inscrivant la baguette de pain française dans la liste du patrimoine immatériel l’UNESCO rend hommage à l’un des éléments de notre vie quotidienne et au-delà du savoir-faire de nos artisans boulangers dont le rayonnement a largement dépassé nos frontières. C’est un hommage et au-delà un encouragement aux trente-deux mille boulangers qui chaque jour sortent la baguette et animent un réseau vivant dans nos villages et nos quartiers qui fait partie de notre identité profonde. »

Stéphane Lacroix, Président de la Chambre Syndicale Française de la Levure

« Ce qui distingue la baguette française des pains au levain c’est la fermentation à la levure et sa légèreté. La fermentation au levain étant incontestablement plus lente que la fermentation à la levure. La levure a permis la fermentation du pain en direct, facilitant l’allongement du pain et donc de la prédominance de la croûte dont la finesse et la coloration dorée la différencie des pains à croûte épaisse de couleur grise. La mie est plus alvéolée et donc plus légère. Notre baguette française est, au fil des années, devenue l’emblème de l’excellence à la française et appréciée dans le monde entier grâce à la maîtrise de la fermentation à la levure en direct sans oublier le savoir-faire de nos boulangers français. »

Guillaume Gomez, représentant personnel du Chef de l’État pour promouvoir la gastronomie française en France

« Cette inscription rappelle, s’il en était besoin, que les pratiques ou les cultures alimentaires sont pleinement constitutives du patrimoine culturel immatériel. Non à la standardisation de l’alimentation ! Il est de notre devoir de préserver la diversité des cultures alimentaires et des savoir-faire artisanaux à travers le monde, car nous sommes ce que nous mangeons. Toutes mes félicitations et ma gratitude aux artisans boulangers et à tous les professionnels qui nous permettent chaque jour d’avoir accès à la baguette de pain ! »