Soyez les acteurs de la Charte et du label Boulanger de France

Soyez les acteurs de la Charte et du label Boulanger de France

Actualités
Publié le 17 janvier 2020

La Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française, présidée par Dominique Anract, lance un projet de très grande ampleur pour tous les artisans boulangers : la marque « Boulanger de France ».

Informer les artisans boulangers de votre département et leur permettre de devenir au plus vite Boulanger de France sera notre objectif premier.

Boulanger de France est la marque-label que chaque artisan boulanger peut obtenir et afficher en prouvant qu’il respecte une charte imposant notamment la fabrication maison des produits les plus courants.

Nous donnons la parole à Jean-Yves Gautier et Xavier Bordet – tous deux présidents de départements test – à propos du lancement de la marque et sur leurs retours d’expérience dans leurs départements.

Interview de Jean-Yves Gautier

Jean-Yves GAUTIER (@crédit photo : Frédéric Vielcanet)

Jean-Yves Gautier est boulanger à Saint-Sébastien-sur-Loire, en Loire­-Atlantique (44), Président de la Fédération des Boulangers-Pâtissiers de Loire-Atlantique et Président de la Commission de la Qualité, de la Formation et de l’Innovation.

Le test Boulanger de France s’est déroulé dans votre département de Loire-Atlantique, comment cela s’est-il passé ?

Le test s’est bien déroulé, nous avons répondu aux questions des boulangers sur la communication, la vitrophanie. Dès que nous avons lancé l’appel, nous avons eu des retours très positifs : 30 boulangers testeurs ! Notre charte était attendue, ils étaient prêts à participer activement à la mise en œuvre en boutiques. Ils ont assisté à une réunion d’information en septembre, ils ont été attentifs et réactifs, ils sont venus avec leurs questions à l’écoute de leurs clients et salariés. Le lendemain, tous motivés et dotés de leurs outils de communication et de PLV avec une forte envie de commencer !

Pourquoi construire une Charte pour décrire ce qui semble normal ?

Il faut prouver que nous fabriquons. Aujourd’hui, il n’y a pas de loi obligeant les gens qui ne fabriquent pas à l’afficher, pour communiquer auprès des consommateurs. C’est à nous de le faire et de le faire savoir ! Amener tous les boulangers à retrouver et valoriser leur métier est un enjeu de survie. C’est aux artisans de communiquer sur leur savoir-faire.
Les franchiseurs surfent sur l’appellation « Boulangerie » et en profitent pour tromper la clientèle. Il faut réagir rapidement pour réinstaurer de la confiance, sinon la boulangerie artisanale disparaîtra car les consommateurs ne sauront plus faire la différence entre l’artisanat et l’industrie. Être « Boulanger de France » est une fierté pour les boulangers et cette marque leur donne un élan et de la reconnaissance. Ils sont fiers de fabriquer et de mettre en avant leurs produits.

Est-ce que la marque « Boulanger de France » pourrait susciter des vocations chez les jeunes ?

La marque va permettre de savoir où aller se former et bien se former. Quand on confie sa formation à un maître d’apprentissage, on s’attend à être formé sur les produits de base, à savoir le pain et la viennoiserie. C’est une grande déception pour les parents de ces jeunes quand ils voient qu’ils se sont trompés car leur enfant se retrouve dans une boulangerie qui ne fabrique pas ! Demain, les jeunes ne se tromperont plus et seront fiers de reproduire les tours de mains et tout ce qui leur aura été appris !

Interview de Xavier Bordet

Xavier BORDET ( @crédit photo : Frédéric Vielcanet)

Xavier Bordet est boulanger à Arlanc, dans le Puy-de-Dôme (63), Président de la Fédération des Artisans Boulangers-Pâtissiers du Puy-de-Dôme et de l’Allier, Président de la Région boulangère Auvergne Rhône-Alpes, Président de la Commission de la Communication, de la Promotion et de l’Information.

Le test Boulanger de France a eu lieu dans votre département du Puy de Dôme, comment s’est-il déroulé ?

Le test s’est déroulé en deux temps. Première phase, un courrier adressé fin août à tous les adhérents du département leur annonçant ce que représentait ce beau projet. Second temps, début septembre lors de la Foire de Cournon, le lancement officiel avec une invitation à se rendre à une table ronde pour échanger. Une trentaine de boulangers se sont mobilisés et se sont intéressés nos moyens d’action et de valorisation de notre marque. Nous leur avons expliqué pourquoi nous avions fait le choix de cette marque et pourquoi créer une marque, qui peut être évolutive plutôt que demander une loi. Cette table ronde a permis de lever des freins et de répondre à certaines interrogations.

Comment les boulangers testeurs ont appréhendé les outils de PLV (publicité sur le lieu de vente) et le kit dédié à la marque « Boulanger de France » ?

Leur retour a été très positif. Il y a eu quelques remarques sur la vitrophanie peu lisible. Ils ont affiché la Charte elle-même en support. Ils se sont servis de ce document pour explication la charte à leur personnel de vente et non de l’argumentaire préparé. Auprès des consommateurs, les boulangers se sont transformés en communicants en détaillant leur démarche autour du fait maison et de leur savoir-faire. Ils ont expliqué que certains se vantaient de fabriquer alors que ce n’était pas le cas et qu’eux avaient cette fierté de faire et de le faire savoir pour ne pas duper le consommateur !

Pourquoi construire une Charte pour décrire ce qui semble normal ?

On a besoin de valoriser notre métier, parce que les industriels copient l’image de la boulangerie artisanale sans respecter ses pratiques. Parallèlement, par facilité, certains boulangers se sont progressivement éloignés des fondamentaux de leur métier en remplaçant le fait-maison par des produits industriels. Amener tous les boulangers à retrouver et valoriser leur métier est un enjeu de survie. Être « Boulanger de France » est une fierté pour les boulangers par rapport à eux-mêmes. Ils ont ce besoin de reconnaissance. Cela  valorise mes collègues et leur fait plaisir de se sentir reconnus !

Est-ce que la marque « Boulanger de France » pourrait susciter des vocations chez les jeunes ?

Pour les jeunes de demain, avec le déploiement de la marque au niveau national, il y aura deux boulangeries : une boulangerie classique et les Boulangers de France dotés d’une éthique professionnelle et de valeurs à défendre ! Lors du Concours des Meilleurs Jeunes Boulangers qui s’est tenu à Vesoul en novembre dernier, les jeunes étaient très enthousiastes sur la marque, ils m’ont questionné. Ils étaient très volontaires, montrant leur souhait d’aller vers l’excellence !

Les 10 atouts de la boulangerie artisanale

– L’artisan boulanger assume la responsabilité de connaitre et choisit lui-même ses matières premières ;

– Il maîtrise ainsi totalement et personnellement toutes les étapes de la fabrication à la vente ;

– Son expertise propre et sa personnalité conduisent à une offre unique et diversifiée qui permet d’éviter la standardisation de l’alimentation ;

– Il fait appel à des circuits courts favorables à l’environnement ;

– Les méthodes de l’artisan boulanger sont issues d’un savoir-faire séculaire scrupuleusement transmis de génération en génération, amélioré sans cesse par l’innovation technologique mais jamais industrialisé ;

– En panification, l’artisan boulanger respecte un pétrissage peu intense et une fermentation lente qui conduisent à des produits plus digestes, au goût plus agréable et de meilleure conservation ;

– L’artisan boulanger est un chef d’entreprise en relation directe avec ses clients ;

– Il assure localement une présence propice à la vie et à la sécurité de son territoire.

– Il crée des emplois locaux et contribue par l’apprentissage à la formation et à l’emploi des jeunes ;

– Il est le garant de la tradition boulangère qui participe à l’image d’excellence de la France.