Sondage OpinionWay pour la SIAGI : Autocensure et comportement des artisans en matière de financement

Sondage OpinionWay pour la SIAGI : Autocensure et comportement des artisans en matière de financement

Actualités
Publié le 21 octobre 2016

La SIAGI, société de caution qui apporte aux petites entreprises une garantie financière pour faciliter l’obtention de crédit via tous les réseaux bancaires, publie les résultats d’un sondage exclusif réalisé par OpinionWay sur l’autocensure et le comportement des artisans en matière de crédit.

Autocensure et recours au prêt bancaire

Le prêt bancaire à moyen ou long terme reste pour les artisans le réflexe naturel de recours à des financements externes dans 65% des cas. 87% de ceux qui ont demandé un prêt bancaire ont reçu une réponse positive. Parmi les artisans qui n’ont pas sollicité de prêt bancaire pour répondre à un besoin de financement, 43% évoquent comme freins : trop de garanties demandées, leur inexpérience en matière de demande de crédit, un investissement non finançable par un prêt, l’anticipation d’un refus, la lourdeur administrative.

Dans 48% des cas, ils ont alors recours à des financements internes sous la forme d’autofinancement (29%) ou par apport en fonds propres (21%).

La demande de garanties de la banque

Dans 36% des cas, les artisans qui ont sollicité un crédit ont dû répondre à une demande de garantie. Cette proportion monte à 44% pour les plus petites entreprises, celles de moins de 150.000 euros de chiffre d’affaires.

Les besoins de trésorerie et d’accompagnement

52% des artisans ont eu un besoin de financement au cours des 12 derniers mois. Parmi eux, 43% évoquent des besoins de trésorerie. Face à cette situation, 55% augmentent leur facilité de caisse ou y ont recours pour la 1ère fois. Ce sont donc des solutions de court terme qui viennent en réponse à des besoins de trésorerie issus en majorité de facteurs structurels (délais de paiement clients ou fournisseurs, rotation plus longue des stocks).

60% des artisans qui ont eu besoin de financement ont constitué leur dossier seul ; cette proportion est de 72% en IleâdeâFrance. Un chiffre qui révèle l’isolement des artisans face à la structuration de leurs besoins de financements et aux démarches à effectuer.

La cotation Banque de France

Près d’un artisan sur deux (48%) ne connaît pas l’existence ou le fonctionnement de la cotation Banque de France, alors que cette donnée peut conditionner l’octroi de crédit.

Ce qu’en dit le Président de la Siagi Bernard Stalter

« Apporter une garantie à un crédit permet de faire correspondre les besoins de financements des entrepreneurs et les réponses apportées par les banques, soumises à des enjeux de rentabilité et de gestion des risques dans un contexte réglementaire exigeant. En témoigne l’offre de garantie du financement du cycle d’exploitation lancée en avril dernier par la SIAGI avec le soutien du Fonds européen d’investissement, qui répond aux attentes des TPE et PME pour le financement de leur besoin en fonds de roulement ».