INBP : la reprise par étape

INBP : la reprise par étape

Actualités
Publié le 7 juillet 2020

Fournils et labos reprennent vie

Au mois de juin, ils étaient les premiers stagiaires à reprendre leurs marques dans les fournils et labos où ils renouaient avec les séances de pratique. Reprise des BM boulangers, des BM pâtissiers et des CQP touriers dans des conditions sanitaires adaptées et sous l’œil attentif des équipes INBP. Bonne reprise !

Ce qu’il en pense

Florian Dulché, formateur INBP hygiène et sécurité, intervenant en entreprise

Quelle est votre première réaction, trois mois après le pic de l’épidémie ?

Mon parcours de formation se fonde sur des connaissances scientifiques. Cette pandémie a dépassé toutes les connaissances actuelles et on a tous fait le constat d’une forme d’impuissance en l’absence d’un remède miracle et de protocoles préétablis applicables dans l’instant. Bien sûr, les chercheurs, les experts scientifiques, les spécialistes ne sont pas à mettre en cause. Tout le monde s’est trouvé démuni face à cette déferlante. En revanche, on peut saluer la réactivité de toutes ces communautés à travers le monde qui poursuivent de nombreuses études, ce qui nous permet de nous adapter sur le terrain.

De quelle façon vous êtes-vous informé ?

A travers différents communiqués et articles vulgarisés de cette communauté scientifique. J’ai aussi consulté au quotidien les sites gouvernementaux, santé publique France, ministère du Travail, le site du centre européen de prévention et de contrôle des maladies. J’ai lu la presse spécialisée et me suis référé aux documents de la profession.

Vous avez émis des conseils d’hygiène et de sécurité sanitaire à destination des artisans. Quels étaient les essentiels ?

Il m’a paru important de lister des conseils sanitaires à destination de leur personnel, de bien détailler le protocole de lavage des mains, d’apprendre à renforcer le protocole quotidien de nettoyage et de désinfection des surfaces, d’évoquer la livraison à domicile et de donner des conseils de mise à jour du document unique. J’ai bien conscience que toutes ces obligations renforcées incombant aux artisans sont venues surajouter à leur quotidien bouleversé et hors norme. Les professionnels ont pu s’appuyer par ailleurs sur le Guide pratique de la Confédération et les affichages à disposition.

Quelles sont, selon vous, les bonnes règles à conserver dans les entreprises ?

Je peux parler de celles que nous avons mises en place au sein même de l’INBP pour permettre une reprise progressive des activités de formation. Le rappel des gestes barrières sous forme d’affichage reste la base. Nous avons mis en œuvre dans tout le bâtiment des moyens facilitant et rappelant la distanciation, par exemple en procédant à des marquages, en installant des plexiglas. Le choix des solutions est actuellement nombreux ainsi que les fournisseurs. Même si on a eu le temps d’intégrer ces règles de base, je trouve que l’affichage doit rester en place car la situation sanitaire, bien que de plus en plus rassurante, l’impose encore. Je conseillerais aux artisans de maintenir leurs moyens de prévention qu’ils ont été les premiers à mettre en œuvre, souvent avec ingéniosité, de continuer de communiquer en interne et auprès des consommateurs sur l’utilité du maintien de ces mesures. C’est en poursuivant nos efforts mutuels qu’on se donne les meilleures chances d’obtenir les meilleurs résultats.

Restez en contact avec l’INBP Tél. 02 35 58 17 77 Par mail : bal@inbp.com Depuis le site www.inbp.com Utilisez le formulaire Contact