Caprices et manies des clients

Actualités
Publié le 1 octobre 2012

Un des clients de la boulangerie ne veut être servi que par moi, la « patronne » comme il dit. Cela m’agace un peu. Que faire ?

 

Ce client considère qu’ainsi il est reconnu comme quelqu’un d’important : il choisit par qui il veut être servi et la femme du boulanger lui vend forcément le meilleur pain ou la meilleure pâtisserie de la journée. Il est vrai que ce n’est pas toujours facile à gérer et même si vous affirmez que votre personnel est aussi capable que vous de le servir correctement, il est persuadé du contraire. Il faut alors vous en accommoder et continuer de sourire en lui remettant le produit que vous aurez certainement sélectionné « spécialement » pour lui.

A l’occasion, vous saurez lui dire que la personne responsable en votre absence est tel(le) vendeur (vendeuse) et qu’il (elle) le servira comme il le souhaite. Mais armez-vous de patience…J’ai connu la même chose avec un client qui ne voulait être servi que par l’une de mes vendeuses et n’entrait pas s’il ne la voyait pas derrière le comptoir. En revanche, cette vendeuse parvenait assez souvent à lui vendre plus qu’il n’avait prévu d’acheter. Autant mettre l’orgueil dans sa poche quand cela peut rapporter, non ?

Madame B. est une cliente fidèle qui a pour manie de me faire changer systématiquement le pain que je prends en grille pour un autre. J’ai beau choisir le pain comme elle l’aime, rien n’y fait.

Question de méfiance ou besoin, là encore, de ne pas se laisser « imposer » quoi que ce soit. Si vous prenez le pain de droite, c’est sans doute parce qu’il est moins frais, moins beau…enfin, c’est ce qu’elle pense. Si la cliente réagit toujours ainsi, alors le mieux est de lui demander tout de suite quel pain exposé elle désire, afin de vous épargner une perte de temps et d’énergie. Si elle vous répond : « Mais je vous fais confiance », vous pouvez lui rétorquer que vous préférez ne pas manipuler plusieurs baguettes au risque d’abîmer un peu la croûte. Si vous avez à faire à une personne intelligente, elle comprendra le message. Dans le cas contraire, il n’y a qu’à se plier à ses exigences. Après tout, les clients de ce genre ne sont pas légion.

J’ai remarqué que ce monsieur (d’un certain âge) me donne toujours un billet de 20 € pour régler le prix de sa baguette. Cela m’ennuie de me démunir de la monnaie. Comment le lui dire ?

De sa part, on peut considérer que c’est une facilité. Les DAB* ne donnent que des billets et dans les banques, il n’y a plus d’espèces, alors que chez le boulanger il y en a. Vous n’avez évidemment pas à jouer le rôle de pourvoyeur de monnaie, mais rendre service fait partie de vos obligations, à condition toutefois de ne pas vous démunir

Il est vrai qu’on hésite à  contrarier une personne âgée, mais vous pouvez lui demander gentiment de la monnaie et même exagérer un peu : « Sinon, je suis obligée de vous rendre tout en pièces de 50 centimes et cela m’ennuie ! ». Le hic, c’est quand le client répond : « Ça ne fait rien ! ».

Prévoir de la monnaie en quantité suffisante est de votre responsabilité. Et puis, je ne pense pas que vous ayez tous les jours un bataillon de retraités munis chacun d’un billet de 20 €. Ou alors, c’est un complot !

Aurélie

 

* Distributeur Automatique de Billets