Bas-Rhin (67) : La Maison du Pain à Sélestat : au four et au moulin

Actualités
Publié le 4 novembre 2013

C’est un musée pas comme les autres. Certes, on y expose des pièces anciennes. Mais à côté des pétrins inertes, des hommes qui travaillent, parlent de leur métier, de celui que pratiquaient leurs anciens.

La Maison du Pain réunit des employés, des bénévoles, une boulangerie et un musée dans un bâtiment historique où l’on a su marier richesse de détails, vieilles pierres et modernité. « C’était le siège de la corporation des patrons boulangers de la ville, entre 1 522 et 1 850 », savoure son président, Gilbert Balthazar. « On a remonté le bâtiment d’origine. Le cabinet d’architecture strasbourgeois qui s’est occupé du chantier s’est inspiré des plans conservés à la bibliothèque humaniste. »

Inaugurée en juillet 2001, la Maison du Pain, voit aujourd’hui passer entre 14 et 15 000 personnes par an. Parmi elles, deux tiers de touristes. Un chiffre plutôt satisfaisant pour un musée récent et conçu « à l’ancienne ».

« Nous avons bien sûr réalisé une étude de faisabilité. Elle a indiqué que nous irions droit dans le mur si nous nous contentions du musée lui-même, poursuit Gilbert Balthazar. Il nous a paru pertinent de laisser de la place à une boulangerie, ne serait-ce que pour assurer les frais de fonctionnement. Elle n’est pas là pour concurrencer les autres commerces. Déjà, elle ouvre plus tard.» « Malgré les apparences, nous n’avons pas une grosse production », complète Martine Goetz. « Nous proposons surtout une grande variété de pains et de viennoiseries. Et les gens viennent demander des conseils pour leurs kugelhopfs. »

Les clients défilent au comptoir…Et ne tardent pas à découvrir les trésors patrimoniaux, « dons, prêts mais aussi achats chez Emmaüs », les dizaines de moules et les histoires que content les sacs en toile de jute. Plus loin et plus au calme, trône au fournil, le premier pétrin mécanique Excelsior, envoyé au musée par des Marseillais. « Ils ont lu une petite annonce parue dans le journal de la fédération des boulangers bas-rhinois », note le président.

Il faut traverser plusieurs pièces avant d’arriver dans la salle qui accueillit des assemblées au XVIe siècle, comme peut en attester la dernière colonne en bois d’origine. C’est là que l’on invite des classes d’enfants à mettre la main à la pâte, pour pouvoir partir avec deux sujets briochés. En 2012, 2500 d’entre eux avaient participé à cette animation !

Source : DNA